François Alaux (1878-1952)

Trois Alaux de la même famille furent peintres officiels de la marine. J’ai nommé François Alaux, connu pour son talent mais aussi pour sa bonté.

François Alaux a été biberonné à la peinture dans une famille qui connut, d’après sa biographie, huit générations d’artistes (ça me semble beaucoup…). Les Beaux-Arts de Paris, l’atelier de Léon Bonnat réputé pour ses portraits, des camarades comme Raoul Dufy et Othon Friez qui d’ailleurs le peignit, lui mettent le pied à l’étrier. Il débute plutôt avec des portraits dans la lignée de son professeur et des scènes de genre. Dès 1904, l’homme prend la mer et les voyages en orient (à l’époque l’orient débute autour de la Méditerranée occidentale) commencent; François Alaux devient un peintre orientaliste. Mobilisé en 14, il laisse quelques croquis de cette terrible guerre. En 1920, il repart sur le voilier de son frère, le Sindbad. La nature et la mer sont ses sujets de prédilection. Comme une continuité, en 1930, il est nommé peintre officiel de la marine et rembarque sur un navire. Devenant plus sédentaire avec l’âge, il continue néanmoins à peindre même s’il cesse toute participation aux Salons à partir de 1940.

La cote de François Alaux est des plus modestes ce qui montre qu’il est possible à tous de s’offrir une oeuvre originale d’un bon peintre sans dépenser beaucoup. C’est souvent une question de mode, ou d’absence de mode plutôt, associée à un bon timing de la part de l’amateur d’art. En une, la vue de Bastia proposée par la maison Boisgirard à Nice le 28 mai 2020, huile sur toile, 27 x 35 cm réalisa 447 €. Un autoportrait de l’artiste, ci-dessous, vendu chez Briscadieu à Bordeaux le 19 octobre 2019, huile sur toile 50 x 37 cm, fit 504 €.

Dernier exemple le 10 décembre 2021 chez Ferri à Drouot avec La palmeraie d’Elche. L’huile sur toile de 1905, 43 x 54 cm, nécessitait 153 € pour se l’approprier.

Frédéric Le Quer

Trois Alaux de la même famille furent peintres officiels de la marine. J’ai nommé François Alaux, connu pour son talent mais aussi pour sa bonté. François Alaux a été biberonné à la peinture dans une famille qui connut, d’après sa biographie, huit générations d’artistes (ça me semble beaucoup…). Les Beaux-Arts de Paris, l’atelier de Léon Bonnat réputé pour ses portraits,…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code