L’inefficience des lois face à la partition du territoire

Les lois françaises sécuritaires bien sûr mais aussi sociétales concernant les nouvelles mœurs occidentales (contraception, procréation, sexualité…), s’imposent de moins en moins à l’ensemble du corps social non pas parce que ce n’est pas leur but, c’est juste que l’état est incapable pratiquement, matériellement, de les imposer à tous en laissant faire la partition du territoire français.

 Une certaine population donc conteste nos lois avec succès après s’être arrogée des territoires rendues autonomes où on n’entre pas quand on n’en est pas. Nos lois ne s’appliquent plus qu’aux citoyens en France (dans son acception républicaine) qui ont un nom, une adresse, un passé, une famille, bref aux gens normaux que l’état soumet à sa guise et frappe au portefeuille avec bonheur.

Cet été est sur ce point particulièrement instructif. Des règles s’imposent dans des départements entiers comme la Seine-Saint-Denis, dans des villes de banlieue réparties un peu partout en France et dans des quartiers de culture immigrée répartis aussi un peu partout. Elles sont non écrites mais chacun les connait facilement puisqu’elles sont basées sur la loi du silence, la loi du plus fort et un relatif partage des fruits des trafics de tous ordres.

 Ce n’est pas encore le peuple français de souche, pour le moment toujours très respectueux depuis l’épisode gilets jaunes, qui se substitue à l’état central, mais tous ces gens, français de papier ou pas français du tout qui, comprenant que l’état en complète déshérence intellectuelle et morale est incapable de répression, ne se gênent plus.

Même en prison, au cœur de l’administration, les détenus en sont arrivés à s’organiser comme ils le souhaitent, le maton devenant une sorte de Gentil Organisateur, un animateur pour des jeux divers et variés évitant l’ennui des prisonniers. Il est à se demander ce qui est le pire entre un ministre de la justice squeezé ignorant de ce qui se passe ou un ministre de la justice ayant donné son blanc seing à ces plaisanteries charmantes.

Nos lois dépendaient déjà du bon vouloir de l’UE spoliant la république, gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple. Leur application dépend maintenant aussi du bon vouloir des immigrés au sens large qui se sont regroupés ensemble.

Le défi à relever est dorénavant la partition du territoire français. Aucune chance que Macron et le gouvernement Borne obtiennent de quelconques résutats.

Frédéric Le Quer

Les lois françaises sécuritaires bien sûr mais aussi sociétales concernant les nouvelles mœurs occidentales (contraception, procréation, sexualité…), s’imposent de moins en moins à l’ensemble du corps social non pas parce que ce n’est pas leur but, c’est juste que l’état est incapable pratiquement, matériellement, de les imposer à tous en laissant faire la partition du territoire français.  Une certaine population…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code