Ursula von der Leyen, dehors!

“Ni gaz ni pétrole ni charbon, rien”. C’est ainsi que Vladimir Poutine a répondu à Ursula von der Leyen qui avait avec les américains l’intention de plafonner le prix du gaz russe. Ce plafonnement  était combiné à l’idée de ne plus assurer les navires russes, assurances prises en cas de problème dans le transport de marchandises. Cette menace n’a fait ni chaud ni froid à Poutine qui, au lieu de prendre un assureur dans la City de Londres ce qui était systématiquement fait, le choisira dorénavant en Chine ou imaginera un autre montage assurantiel.

L’un des principes fondamentaux du libéralisme est de rendre cher ce qui est rare et convoité. Par la faute de l’occident, le gaz est rare donc cher et l’acheteur devient bien incapable d’imposer son prix.

Mais, et ce n’est pas nouveau, Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission Européenne, a tout d’horripilant; elle s’entend d’ailleurs très bien avec Emmanuel Macron. Sa volonté de fédéraliser les institutions européennes, son alignement aveugle derrière les Etats Unis,  son immigrationnisme, sa volonté d’islamiser le continent européen, son progressisme woke, ses politiques insensées en faveur de l’éolien, sa détestation de Poutine et son engouement pour toutes les sornettes de Zelensky la rendent d’autant plus dangereuse qu’elle n’a aucune légitimité démocratique.

Ursula von der Leyen ne donne néanmoins pas toujours dans la grande politique; elle propose aussi des tuyaux aux citoyens européens pour faire des économies. Par exemple, il y a l’inénarrable vidéo où elle se met en scène et nous montre comment se laver les mains comme il faut! 380 000 € de revenus annuelles pour ça? Non pas seulement! Elle demande aussi maintenant de diminuer la consommation d’électricité aux heures de pointe, genre, au lieu d’allumer la plaque de cuisson ou le four électrique à 20h, faites le au milieu de l’après-midi ou mangez froid et à la bougie! Oui, Ursula von der Leyen fourmille d’idées. Les allemands pourraient regretter son départ à Bruxelles, mais en fait, non, ils sont contents d’en être débarrassés et surtout d’en faire profiter l’Europe entière.

Pour en revenir aux choses graves, les sanctions envers la Russie menées par Ursula von der Leyen sous commandement américain sont, pour les africains, les asiatiques et l’Amérique latine, responsables de la perturbation de l’approvisionnement mondial en céréales et en engrais.

Quant au gaz russe, il reste approvisionné sur le marché grâce à une réorganisation des flux commerciaux avec un deal entre la Chine et la Russie: du gaz pas cher pour la Chine et en échange un approvisionnement à bas coût de produits divers comme l’usine du monde sait en fabriquer pour la Russie qui finira surement, d’ailleurs, par les exporter avec profit, d’après Saul Kavonic, analyste énergétique au Crédit Suisse, dans l’UE d’Ursula von der Leyen!

Frédéric Le Quer

“Ni gaz ni pétrole ni charbon, rien”. C’est ainsi que Vladimir Poutine a répondu à Ursula von der Leyen qui avait avec les américains l’intention de plafonner le prix du gaz russe. Ce plafonnement  était combiné à l’idée de ne plus assurer les navires russes, assurances prises en cas de problème dans le transport de marchandises. Cette menace n’a fait…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code