Monopole de la violence légitime

Le monopole de la violence légitime réservé à l’état est abusif lorsque celui-ci refuse d’en user. Et c’est le cas actuellement, les honnêtes citoyens devenant les victimes expiatoires de gens en guerre contre eux. Les quelques descriptions ci-dessous de la situation n’ont rien d’extrême, c’est exprès, juste le quotidien des français.

Un usager de la gare du Nord raconte : “Slalomer entre des zombies sous crack à moitié nus et les vendeurs de cigarettes à la sauvette, éviter les pickpockets, ne pas trébucher sur le sol inondé d’urine.” Un policier confirme:” La gare du nord est une véritable cour des miracles. Nous sommes cernés par le crack, les trafics et les vols en tout genre”.

Les nantais du centre ville s’organisent: “Je suis dégoûtée de voir à quel point ces jeunes d’à peine 16 ans, les yeux rouges, qui ne parlent même pas le français, viennent f… la m… Je crois qu’on est tous à cran, qu’on les attend. Riverains, commerçants, on est prêts au combat».

A Marseille, La Poste a peur: elle ne distribue plus les colis à 2500 habitants à cause de l’insécurité d’un quartier.

Une personne qui a franchi la frontière entre l’Espagne et la France, s’étonne: “Pourquoi en Espagne à minuit vous n’avez aucun sentiment d’insécurité et pourquoi à 21h00 à Périgueux vous vous croyez dans une ville en plein chaos ? Avec trafics de drogue, migrants, sdf, sans papier… C’est devenu le far west”.

Voilà la rentrée en France vécue par les français. Ces quelques exemples du nord au sud de la France, pauvre France, sont révélateurs de ce qui s’y passe partout. Foin de barbecue, de marabout pour milliardaires, de concert au stade de France ou même de risque énergétique. Juste le danger mortel encouru en sortant de chez soi.

Elisabeth Borne prévoit 8500 policiers et gendarmes sur 5 ans sans émettre la moindre intention de reprendre la main sur une immigration venue nous combattre. Cinquième colonne. Foutage de gueule. La population est complètement abandonnée. L’état n’est plus le garant de la sécurité qui ne peut plus être considéré comme un bien collectif puisque collectivement l’insécurité prédomine. Le monopole de la violence légitime pour l’état entraîne une paupérisation sécuritaire. Ce monopole doit cesser.

Frédéric Le Quer

Le monopole de la violence légitime réservé à l’état est abusif lorsque celui-ci refuse d’en user. Et c’est le cas actuellement, les honnêtes citoyens devenant les victimes expiatoires de gens en guerre contre eux. Les quelques descriptions ci-dessous de la situation n’ont rien d’extrême, c’est exprès, juste le quotidien des français. Un usager de la gare du Nord raconte :…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code