Hommes enceints

“Au planning familial, on sait que les hommes aussi peuvent tomber enceints”. Bien sûr, les hommes enceints ne sont pas de sexe masculin; ce sont des femmes originellement qui définissent leur genre comme masculin. Pour le moment on ne revient pas encore sur l’ensemble des attributs biologiques qui constitue le sexe. Dans la vraie vie, Marcello Mastroianni ne tombera pas enceint. Le genre renvoie au rôle et au comportement que l’individu se donne, propose aux autres, à la société. Le planning familial intervient ici. Il s’adresse aux femmes qui ont entamé un traitement hormonal pour ressembler physiquement aux hommes et qui couchent avec des hommes (des femmes qui se sentent donc des hommes homosexuels!) ou utilisent l’insémination artificielle pour être enceintes.

Isabelle Rome la ministre déléguée chargée de l’égalité homme femme soutient le planning familial dans la lignée du “progressisme” qui est le credo d’Emmanuel Macron et rappelle que le planning familial est une association historique essentielle pour le droit des femmes. Et en effet c’est bien uniquement d’elles dont il s’agit forcément. Cette histoire d’hommes enceints n’est qu’une façon de mettre l’individu sur un piédestal jusqu’à faire accroire qu’il peut défier la nature.

Personnellement je ne suis pas contre toutes ces notions intellectuelles farfelues. En effet, elles permettent à notre société de rompre catégoriquement avec toutes les théocraties et en particulier avec celle qui est en train de nous arriver, la république française islamique, le taux de natalité et l’immigration fabriquant notre avenir probable. On peut ici parler d’une résistance de gauche à l’islam conquérant. La religion, quelle qu’elle soit d’ailleurs, constitue alors pour ces progressistes une sorte de dégât collatéral à leur individualisme forcené. Mais les plus religieux doivent y voir une attaque frontale contre leur foi. Cela peut donc être une partie de la résolution du problème culturel que nous commençons seulement à connaitre.

Pour conclure les articles politiques de la semaine, je ne résiste pas à vous livrer une anecdote qui n’a rien à voir avec ce qui précède sinon montrer le fossé culturel. L’émission, excellente au demeurant, “Les pieds sur terre” sur France Culture témoigne d’une histoire qui se passe en Afghanistan fin des années 90, mais ce pourrait être d’actualité. La loi du talion prédomine pour les crimes, la lapidation pour les adultères et la mutilation pour les vols. Cette mutilation pratiquée est souvent une vraie boucherie. Les talibans demandent à une association française sur place (probablement MSF, c’est moi qui le dit) de leur apprendre à couper un membre correctement. Hésitation chez les médecins de l’organisation, on comprend le dilemme. La narratrice laisse à la fin entendre qu’officiellement les talibans essuyèrent un refus mais qu’officieusement on leur apprit comment faire!

Frédéric Le Quer

“Au planning familial, on sait que les hommes aussi peuvent tomber enceints”. Bien sûr, les hommes enceints ne sont pas de sexe masculin; ce sont des femmes originellement qui définissent leur genre comme masculin. Pour le moment on ne revient pas encore sur l’ensemble des attributs biologiques qui constitue le sexe. Dans la vraie vie, Marcello Mastroianni ne tombera pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code